Chiffres 2017 de l’OFPRA sur la demande d’asile : non la France n’est toujours pas envahie par les migrants.

Olivier News

L’OFPRA, l’Office Français de protection des Réfugiés et Apatrides vient de sortir ses premiers chiffres concernant l’année 2017 et il convient de rassurer certaines personnes! Non, malgré une augmentation importante du nombre de demandes d’asile, la France n’est toujours pas “envahie par les migrants”.

En effet, pour la première fois en France, le nombre de 100 000 demandes est dépassé et a atteint les 100 412. Un chiffre en hausse de 17 % par rapport à 2016, mais qui est logique au vu des tendances mondiales. Si les chiffres mondiaux pour cette même année n’ont pas encore été publié, l’année 2016 était en elle même assez révélatrice de cette tendance puisque le HCR comptait plus de 22,5 millions de personnes réfugiées ou demandeuse d’asile à travers le monde, un record depuis sa création. L’année 2017, prolonge donc logiquement cette tendance.

Au niveau des pays d’origine pas de grands changements, les principaux pays d’origine de la demande d’asile en 2017 sont en premier lieu 1) l’Albanie (7630 demandes), l’Afghanistan (5 987), Haïti (4 934), le Soudan (4 486), la Guinée (3 780) et la Syrie (3 249). On note au cours de cette année 2017 une progression notable de la demande en provenance de pays d’Afrique de l’Ouest comme la Côte d’Ivoire et la Guinée.

En 2017, près de 43 000 personnes ont été placées sous la protection de l’OFPRA aux titres du statut de réfugié et de la protection subsidiaire, en hausse de 17 % par rapport à 2016 qui avait vu 36 533 protections. Pour rappel, le statut de réfugié donne lieu à un titre de séjour et de travail de 10 ans renouvelable, alors que la protection subsidiaire donne lieu à un titre de séjour de un an renouvelable. En 2017, le taux de protection s’établit à 27 % à l’OFPRA et à 36 % en prenant en compte les décisions de la CNDA.

Le délai moyen d’attente pour les demandeurs à l’OFPRA est tombé à près de 3 mois (114 jours), deux fois moins qu’en janvier 2015 (7,4 mois, soit 226 jours). Si l’OFPRA doit en effet continuer à faire des efforts pour accélérer la procédure d’asile (et arriver à deux mois), il y a encore des mesures à prendre pour réduire le temps total d’attente des demandeurs d’asile qui est encore aujourd’hui de 13 mois. Cette réduction du temps doit notamment se faire au niveau des GUDA (Guichet Unique pour les demandeurs d’asile des préfectures) mais également des PADA (Plateforme d’accueil pour les demandeurs d’asiles) qui doivent recevoir plus de moyens pour mieux faire leur travail.

Dans tous les cas, il est important de comprendre que la France aujourd’hui est très loin d’être “envahie” par les flux de migrations forcées.

Le nombre de Syriens ayant demandé l’asile en 2017, de 3 249, est dérisoire par rapport au nombre total de Syriens réfugiés répertoriés par le HCR à travers le monde : 5,4 millions. Tout comme le nombre de demandes de Soudanais, de 4 486, et d’Afghans de 5 987, est très éloigné du nombre total de personnes réfugiées Soudanaises et Afghane constatées à travers le monde, respectivement de 1,4 millions de personnes et 2,5 millions.

Si ce chiffre de 100 412 demandes d’asile, peut paraitre important, il est important de se rappeler que nous parlons içi de 0,15% (et encore j’arrondis! 😉 de notre population en 2017. Un chiffre que la 5ème puissance mondiale devrait sans aucun doute pouvoir gérer sans difficultés surtout lorsque l’on voit que des pays tels que le Liban, l’Ethiopie,le Pakistan ou encore la Turquie, et la Jordanie, accueillent beaucoup beaucoup beaucoup plus de personnes réfugiées à travers le monde.

Sources : UNHCR 1– 2 –3 , OFPRA 20162017, Le Monde 1